Le Livre sans nom (Bourbon Kid, Tome 1)

Anonyme

Le Livre de poche

  • Conseillé par (Libraire)
    25 octobre 2022

    Un ovni littéraire grisant !

    Dans la petite ville sud-américaine de Santa Mondega, Halloween rime avec soucis. Et cette année, ça ne fera pas exception : un livre sans nom écrit par un auteur anonyme, et toutes les personnes qui ont le malheur de le lire qui finissent par mourir mystérieusement… Rajoutez à ça un tueur en série accro au bourbon, un tueur à gages sosie d'Elvis Presley, des moines à la recherche d'une pierre précieuse qui apportera richesse et vie éternelle, beaucoup d'humour et des scènes à la Tarantino, et vous avez l'ovni qu'est Le Livre sans nom ! Ce roman est le premier tome d'une saga de 8 livres, et je n'ai jamais autant rit que devant la série du Bourbon Kid !

    Mélany, libraire


  • Conseillé par (Libraire)
    11 mai 2021

    De la méchanceté gratuite, de l’humour noir, de la violence, de la décadence, de l’hémoglobine...
    Prenez votre second degré (voir même le troisième) et appréciez l’humour noir à son plus haut niveau !


  • Conseillé par (Libraire)
    5 mai 2020

    Un coup de cœur de Yann

    Quand on aime lire, il n'est pas rare de se retrouver avec une pile (voire plusieurs) de livres, ainsi disposés dans l'espoir naïf de trouver le temps un jour de pouvoir les parcourir. C'est évidemment mon cas et le "Livre sans nom" faisait, encore il y a peu, partie d'une de ces quelques tours de papier à l'architecture bancale et bigarrée qui décorent ma chambre. Aujourd'hui, je dois dire que je m'en veux de ne pas avoir mis le nez plus tôt dans l'univers dément de cette pépite à l'humour improbable. Ai-je vraiment vécu dans l'ignorance la plus crasse depuis mon premier cri sur Terre pour avoir passé tout ce temps à côté ? Une claque, une vraie que ce roman inclassable ! Sans parler de sa galerie de personnages à faire pâlir un musée Grévin du grand guignolesque, notamment avec "Elvis", un tueur à gage fringué comme le King et qui déambule comme s'il ne pouvait pas contrôler le balancement de ses hanches.
    Bref, s'il existe des films pop-corn, nul doute qu'il s'agit ici d'un sacré équivalent en livre. En attendant, moi, j'attaque la suite! Yann


  • Conseillé par
    25 mai 2018

    Ne cherchez pas des informations sur Santa Mondega, il n'y en a pas ! Ne cherchez même pas la ville sur une carte, elle n'existe pas ! Pour le reste du monde, Santa Mondega est un lieu maudit dont on ne parle pas, auquel on évite de penser. Pourtant, il s'en passe des choses à Santa Mondega ! Outre les viols, vols, passages à tabac et meurtres courants, la ville a connu un véritable bain de sang, il y a cinq ans de cela, lorsque le Bourbon Kid a décimé une bonne partie de la population, juste parce qu'il ne tient pas l'alcool. Sanchez, le patron du mal famé Tapioca, pourrait en témoigner s'il parlait à la police. Mais il se tait et garde en mémoire la voix rocailleuse et la dégaine effrayante du tueur. Et aussi Jessica, la bombasse qu'il a sauvée de la rage du Kid et qui depuis est plongée dans le coma. De vieux souvenirs ravivés par des signes qui ne trompent pas : deux moines viennent d'arriver en ville, une éclipse solaire est annoncée, des morts violentes ont lieu. Pas de doute, le Bourbon Kid est en ville. Il veut récupérer l'Œil de lune, une précieuse pierre bleue, objet de toutes les convoitises ; et sans doute achever Jessica, miraculeusement sortie du coma mais malheureusement amnésique. La tension monte, la population se prépare au pire mais pour une fois, le gouvernement a décidé d'intervenir. Un agent spécialiste du surnaturel a été dépêché en ville. Il va faire équipe avec un vieux flic mis sur la touche et obsédé par le Bourbon Kid. Pourront-ils empêcher le massacre annoncé ?

    Dans "Le Livre sans nom", on trouve tout et n'importe quoi. En vrac, dans le désordre, et sûrement avec des oublis : des tueurs à gages, des chasseurs de primes dont un envoyé par Dieu "himself", des zombies, des loups-garous, des vampires, un sosie d'Elvis, un couple d'amoureux, des moines naïfs mais doués pour les arts martiaux, des flics (incompétents pour la plupart), une amnésique aussi sexy qu'indestructible, une pierre précieuse, une valise grosse de 100 000 dollars ; mais aussi des flingues comme s'il en pleuvait, des litres et des litres de sang et des noms d'oiseaux qui fusent. Ce melting-pot foisonnant, qu'il faut prendre au minimum au troisième degré, donne un roman qui tient du western, du polar, de la fantasy, du gore, etc. et surtout qui vaut le détour pour sa grosse dose d'humour, d'absurde, de surenchère dans la violence et la vulgarité. Mélange de "Il était une fois dans l'Ouest", "Men in black" et autres films cultes, "Le Livre sans nom" fait du bien parce qu'on rit, on jubile, on ne réfléchit plus, on se laisse porter par les événements sans se prendre la tête. Vivement la suite !