Trois soeurs

Laura Poggioli

L'Iconoclaste

  • Conseillé par (Libraire)
    27 août 2022

    Trois sœurs ont tué leur père, après de multiples sévices et abus sexuels. Cette histoire est couplée avec celle de l’autrice, qui revient sur sa relation pour le moins violente avec son petit-ami de jeunesse alors qu’elle habitait en Russie. Plus qu’un roman, Trois sœurs est surtout une autofiction / autobiographie couplée à du journalisme. On parle ici de violences domestiques dans un pays où il existe le proverbe « S’il te bat, c’est qu’il t’aime », où on considère que ce qu’il se passe une fois la porte du domicile fermée reste derrière cette porte. C’est intéressant, mais lourd et parfois compliqué à lire.

    Mékany, libraire


  • Conseillé par (Libraire)
    27 août 2022

    Déchirant autant que captivant

    Un livre dont on ne sort pas indemne, qui laisse des traces dans l'inconscient du lecteur. Un livre qui révolte mais qu'on ne peut lâcher. Un premier roman sur la Russie contemporaine qu'il ne faut pas rater.


  • Conseillé par
    18 août 2022

    "S'il te bat, c'est qu'il t'aime"

    Russie, été 2018. Trois sœurs victimes de violences domestiques tuent leur père. Parricide ou légitime défense ? Syndrome d’abus, stress post-traumatique…. Des mois de procédures face à des valeurs patriarcales autoritaires installées depuis des siècles et où la prison se révèle mieux que de continuer la vie avec un tyran intouchable….

    C’est ce dont Laura Paggioli veut témoigner, romançant les faits à rebours, alternant avec son vécu personnel des violences intrafamiliales banalisées dans ce pays où les soutiens sont rares. Les constatations sont édifiantes et l’auteur partage pleinement cette ambivalence entre l’amour pour un pays et l’emprisonnement dans la violence de coupables impunis. Le confinement n’a pas arrangé la situation de la liberté des femmes.

    Premier roman brillant et saisissant.

    « Ce qui se passait au sein des foyers devait y rester, nombreux Russes le pensaient… »