Ludivine F.

Claire Oshetsky

Phébus

21,00
Conseillé par (Libraire)
2 décembre 2022

Ce que c'est qu'être mère

Tiny et son mari attendent un enfant. Dès les premiers mois de grossesse, Tiny en est certaine, ce bébé ne sera pas un enfant-chien tel que l'espère son mari, un de ces mômes qui se fondra dans la masse et correspondra en tout point aux attentes que nourri déjà son père à son sujet. Oh que non... Ce sera un enfant-chouette, avec des serres crochues, un bec pointu, un ventre de plumes. Lorsque Chouette/Charlotte nait, Tiny endosse résolument son nouveau rôle de mère et tout ce qu'il comporte de sacrifice de soi, de persévérance, d'épuisement, d'incompréhension et d'amour inconditionnel. Même lorsque sa fille lui laisse des cicatrices sur tout le corps, même lorsqu'elle hurle et piaille tout le jour, même lorsque la maison devient un capharnaüm sans nom où vivent musaraignes, serpents et souris qui nourrissent son bébé. Le père, lui, s'installe au-dessus du garage, refuse de présenter sa fillette à la famille et se renferme sur lui-même. Jusqu'au jour où lui vient l'obsession de transformer Chouette en enfant-chien. Entre Tiny et lui s'engage une lutte profonde.
Ce roman bouleversant pose la question de la normalité et de l'acceptation ou non de la différence lorsqu'il s'agit des enfants dont nous avons fantasmé la venue. Qu'arrive-t-il lorsque celui-ci ne correspond pas à l'idée que nous nous en sommes fait ? Comment aimer et prendre soin d'un être que l'on ne comprend pas ? L'autrice, elle-même maman d'une fille neuroatypique à l'enfance particulièrement difficile s'est inspirée de son expérience et, avec la bénédiction de son enfant aujourd'hui devenu adulte, nous plonge dans les tourments intérieurs de son héroïne, prête à tout par amour. Une écriture d'une immense poésie.

21,00
Conseillé par (Libraire)
17 novembre 2022

ça sent le roussi !!

Que feriez-vous si vous barbotiez dans une vie maussade avec un job insignifiant, peu de ressources et que vous viviez encore chez votre mère, si l'opportunité de vivre dans un palace tous frais payés se présentait ? Encore plus si l'invitation provenait de votre meilleure amie à qui tout a réussi dans la vie (notamment grâce à un sacrifice de votre part) et que vous admirez désespérément ? A priori, vous fonceriez. C'est en tout cas ce que fait Lillian, à l'appel de la belle et riche Madison, qui lui offre un travail grassement payé mais un peu particulier : devenir la gouvernante des jumeaux de son mari issus d'un premier mariage et âgés de dix ans. Le mari en question brigue les plus hautes responsabilités politiques, se rêve en futur président des Etats-Unis et n'a vraiment pas que ça à faire. Il faut trouver une nounou, de préférence discrète. Rien de bien compliqué ? On a oublié de préciser un détail. Quand ces charmants mômes sont contrariés, ils prennent feu. Alors, vous l'accepteriez toujours, ce job ? Parfaitement divertissant, on a adoré ce roman qui a pour atout, en plus de nous faire rire, de nous présenter des personnages moins clichés que ce que l'on pourrait penser. Au top !

Lana Bastasic

Gaïa

22,80
Conseillé par (Libraire)
6 novembre 2022

Road trip à la bosniaque

Sara et Lejla se rencontrent à l'école maternelle : entre elles immédiatement, le coup de foudre. Elles seront meilleures amies, liées par un tout premier secret, certainement pas le dernier. En grandissant, elles se tiennent la main pendant toutes les étapes importantes de l'enfance et de l'adolescence. Et pourtant, un jour, tout se brise en mille morceaux. Après quinze ans sans nouvelles, toujours pleine à la fois de regrets et de ressentiments envers son ancienne camarade, Sara est partie vivre à Dublin, très loin de sa terre natale. Lejla, elle, est restée en Bosnie. Mais des retrouvailles inattendues s'annoncent. Un coup de téléphone : IL est à Vienne. Il, c'est Armin, le grand frère de Lejla, disparu lorsqu'il avait seize ans, en pleine période de conflit violent entre bosniaques et serbes. Celui qui a laissé un vide immense dans le cœur des deux filles depuis. La trentaine passée, les voilà qui mêlent de nouveau leurs destins, avalant les kilomètres en voiture à travers toute la Bosnie pour atteindre la capitale autrichienne. L'occasion pour Sara de se remémorer les bribes de leur histoire, faite d'un amour sans limite et d'une haine latente, d'admiration et de jalousie, d'incompréhension et de non-dits. Car lorsqu'une personne a eu une vie marquée par la tragédie, elle dégage quelque chose de spécial. Une aura puissante, qui vous aimante et vous repousse, un charme profondément insondable. Après des années de séparation et depuis toujours, Lejla est restée un mystère. Dans leur éprouvant périple, sauront-elles aussi trouver le chemin qui mène l'une à l'autre ? Magnifique premier roman de l'autrice, ce livre est un régal, aussi bien pour qui aime le voyage que les histoires de liens humains complexes. Rempli d'images aussi justes que poétiques, évoquant sans jamais la nommer une guerre fratricide qui a déchiré le pays dans les années 90, meurtrissant les territoires et les histoires intimes, le texte nous touche en plein cœur. Un grand bravo !

Éditions de l'Homme Sans Nom

24,90
Conseillé par (Libraire)
14 octobre 2022

Plutôt le sang et la fureur que l'oubli

Voici un roman de fantasy qui se lit d'un trait et qui, pour peu que l'on ait envie d'une intrigue faite de trahisons, de batailles cruelles, d'alliances inattendues et de montée en puissance dans la folie, la passion et le drame, tient toutes ses promesses ! Une étoile de moins pour l'originalité qui n'est pas du tout l'atout de ce livre, certaines scènes sont même d'ailleurs assez cliché. MAIS ! Cela n'empêche vraiment pas de plonger avec toute son avidité de lecteur dans cette histoire qui nous emporte dès les premières pages. Sur les terres d'Oestant, plusieurs royaumes ont retrouvé leur indépendance et vivent en harmonie depuis que le dernier Haut-Roi a été défait. Le monde est rêve de géants : Fraech, celui qui rêve de courage et de gloire, Leborcham, celle qui façonne vallées, collines et brouillard, et Baile, le poète et musicien. Cela fait dix ans que ce monde est un rêve de paix. Tout va cependant basculer, car les hommes rêvent eux aussi, de pouvoirs, de trônes, de couronnes et d'amour. Dans ce contexte où les apparences sont trompeuses et les complots nombreux, Bran et Ianto, les deux princes de Lonan, s'apprêtent à entrer dans l'Histoire... Un roman épique et efficace !

Conseillé par (Libraire)
24 septembre 2022

Femme-animal, femme-forêt

Claudie Hunzinger, par l’intermédiaire de son alter ego littéraire, raconte un épisode qui l’a bouleversée et a donné un nouveau souffle à sa vie, alors qu’elle était déjà une femme âgée et ressentait de plus en plus fort les effets de la vieillesse, la détérioration de son corps, de ses capacités, la fatigue et la lenteur qui la gagnaient. Sophie Huizinga vit dans une petite maison très ancienne au pied d’une montagne et d’une magnifique clairière, à deux pas de la forêt. Elle n’aime rien plus que s’immerger dans la nature, la sentir vibrer autour d’elle, être dehors et ne faire qu’un avec l'extérieur. Contrairement à elle, son compagnon passe ses journées et ses nuits enfermé dans sa chambre à dévorer livre sur livre. Sa vie, c’est la fiction. Sophie aussi écrit, des romans empreints de son amour pour la nature et le vivant. Un soir, une petite chienne maltraitée arrive au pas de leur porte. Le couple lui donne à boire et à manger, mais sitôt rassasiée, elle s’enfuit. Dès lors, Sophie l’attend. Quelque chose s’est passé lorsqu’elle a plongé ses yeux dans ceux de l’animal, une connexion. Une promesse d’amitié. Malgré ses blessures, lorsqu’elle revient enfin, la petite chienne provoque un tourbillon de joie et d’énergie dans la maison. Et Sophie, à ses côtés, ne se sent plus si vieille et diminuée. Le besoin de profiter encore de sa propre animalité, d’être présente à tout, connectée, reprend le dessus. On sent chez Claudie Hunzinger un amour pour les éléments, les animaux, les végétaux, absolument immense et indéfectible. Comme elle le dit, elle se sent elle-même parfois beaucoup plus proche des animaux que des humains. La destruction de la nature, l’effondrement progressif du monde à cause d’un capitalisme sauvage, l’irrespect du vivant par un humain arrogant et sûr de sa supériorité est pour elle une déchirure. Cet amour provoque à la fois une intense souffrance, un bonheur et une vitalité hors du commun, c’est cet amour qu’elle essaie aussi d’exprimer dans ce récit, à l’aide d’une écriture poétique, douce, où elle trouve toujours la belle image qui nous soulève d’émotions, tout en nous invitant à la contemplation.