Eric R.

par (Libraire)
11 janvier 2022

L'histoire revisitée

On pourrait dire d’Eric Vuillard qu’il soulève le tapis pour découvrir sous l’apparence des choses, une autre réalité. Mais de manière plus noble on peut aussi écrire qu’il agit comme un archéologue, extrayant, à l’aide de sa plume légère, des vestiges enfouis sous d’autres vestiges, pour éclairer différemment des évènements majeurs de l’Histoire. Avec 14 Juillet, on avait découvert des personnages dits « secondaires » de la Prise de la Bastille. L’Ordre du Jour montrait l’envers de « L’Anschluss » et de l’invasion de l’Autriche. Enfin La Guerre des Pauvres dévoilait le rôle d’un prédicateur méconnu du XVI ème siècle agitateur et animateur d’une révolte sociale. Le trait commun à ces dépoussiérages, à ces exhumations, est sans aucun doute une forme sourde de colère, d’indignation contre l’injustice, l’écrasement des faibles par les puissants, ces puissants qui ont réécrit l’histoire à leur manière et en leur faveur.

Avec Une sortie honorable l’auteur évoque cette fois-ci la guerre d’Indochine, l’une des plus longues des guerres modernes, et la politique française des années cinquante. Il n’écrit pas un nouveau livre d’histoire sur les échecs français jusqu’à la célèbre bataille de Diên Biên Phu mais comme à son habitude nous raconte ce désastre en nous faisant entrer dans les coulisses: celles du Parlement qui sait très rapidement que « la guerre est pour ainsi perdue mais qu’il faut trouver « une sortie honorable » capable d’être acceptée par l’opinion publique et surtout les électeurs.

Eric Vuillard utilise les portraits saisissants de personnages pour nous faire pénétrer ces arcanes de l’histoire. Et sa plume nous donne envie de rire, de pleurer, de crier devant tant de bêtises, de compromissions. Du général Navarre, qui va installer le camp de Diên Biên Phu, dont l’auteur écrit qu’il ignore tout de lui, mais dont il trace un portrait unique, à Herriot, multiple président du Conseil, saisi dans ses habitudes gastronomiques quotidiennes entre deux discours à l’assemblée, ou encore Maurice Violette « le caïd de l’Eure-et-Loir », député réélu à vie, on découvre les ficelles qui agitent ses marionnettes mus par l’intérêt supérieur de la nation, bien entendu, mais aussi et surtout par la satisfaction d’egos surdimensionnés.

S’il traite d’Histoire Eric Vuillard est avant tout un romancier car son écriture fait mouche et il transforme les images et les sons publics en vaste comédie humaine. Digne des Caractères de La Bruyère, il démontre comment derrière le récit national des manuels d’Histoire, les évènements sont aussi le fruit d’actions, de personnalités de petits personnages, en proie à leurs désirs premiers, à leur naissance, à leurs fortunes. Marie Ferdinand de La Croix de Castries, le pauvre pour qui, comme pour beaucoup, « un bel héritage est pris pour un destin », le général de Lattre de Tassigny, transpirant devant les caméras d’une chaine américaine sont ainsi simplement ravalés à de simples descendants de « dizaines de milliers de chasseurs cueilleurs ». Les mots de Eric Vuillard renvoient comme un boomerang à leurs auteurs la condescendance qu’ils prêtent aux anonymes. Caustique, cynique, le propos frôle parfois l’antiparlementarisme et il faut un magnifique portrait de Pierre Mendès France, qui ose à la tribune de l’assemblée demander la recherche d’un « accord politique, un accord, avec ceux qui nous combattent », pour que le lecteur, l’électeur pense « que l‘expression « élu du peuple », veuille « parfois dire quelque chose ».

Nous savons que ces faits, ces personnages ne sont qu’un volet de notre histoire. Les autres sont dans nos manuel scolaires et on sait de quel côté penche le coeur d’Eric Vuillard, qui préfère rendre hommage aux quatre cents hommes de troupe qui défendirent au nom de la Patrie 78 760 actions du domaine houiller de Mao Khê qu’au patriotisme de nos généraux, mais sa liberté d’écrivain nous enchante et sa prose, qui n’utilise pas les mots du militantisme, mais ceux de la littérature n’en est que plus efficace, dérangeante. Et nécessaire.

Vincent Turhan, Richard Wagamese

Sarbacane

24,00
par (Libraire)
6 janvier 2022

Une adaptation réussie

La Grande Ourse vous avait invité à aimer le roman de Wagamese. Normal alors de lire l'adaptation en BD de cette magnifique oeuvre.

C’est l’histoire de levers et de couchers de soleil. D’aubes et d’aurores. Les aubes où l’on confie ses secrets de meurtre, de naissance, d’alcool. Les aurores où l’on explique l’amour qui a fui, la mort qui vient. Et ces moments magiques où la lumière s’allume ou s’éteint, Vincent Turhan sait magnifiquement les peindre. L’écrivain canadien d’origine ojibwé, Richard Wagamese avait dans son premier livre traduit en France en 2016 touché des milliers de lecteurs par l’usage de ses mots pour dire la beauté de la nature. En adaptant son roman, le dessinateur ne l’a pas trahi. Ce sont ces planches d’une douceur ineffable qui séduisent d’abord en nous emmenant pour une balade mélancolique dans la Colombie britannique. C’est de la nature qu’est attendue la rémission. C’est de la nature qu’est attendue la vérité, cette vérité que souhaite entendre Franklin Starlight, de son père Eldon qui à défaut de l’élever l’observe de temps en temps entre les vapeurs d’alcool, dans une ferme voisine où il l’a laissé, nourrisson. Eldon sent sa fin proche et il demande à son fils de l’accompagner jusqu’au sommet d’une montagne, loin de tout, face au soleil, comme un guerrier. C’est que les deux hommes ont des origines indiennes, du « sang mêlé » et comme dans tous les romans de Wagamese, les rites et cultes indiens sont omniprésents, véritables liaisons entre le présent terrestre et l’au delà.

Les Hommes ne sont que des poussières, de petites silhouettes dessinées en bas de case, fourmis minuscules face à l’immensité de paysages grandioses. La vie des vivants est complexe et les jugements difficiles. Dans ce grand espace qui s’ouvre sur un ultime voyage, le père et le fils vont apprendre enfin à se connaitre, à se parler, à expliquer à défaut de s’expliquer. Pour la première fois de leurs vies ils cheminent ensemble et par bribes, grâce à la flamme d’un feu de camp ou à la rencontre avec une vieille femme, ils vont enfin poser des mots sur leurs souffrances, leurs incompréhensions. Les failles terribles du père alcoolique invétéré se disent. La souffrance de l’enfant en mal de famille s’exprime.

Cet apaisement qui vient peu à peu n’est possible que dans le cadre des paysages qui les entourent, eux qui sont soumis comme les hommes aux aléas des orages, de la neige, du soleil. La mère apparaitra enfin ultime secret dévoilé, nécessaire pour se rendre dans l’au delà.

Les étoiles qui s’éteignent à l’aube sont les feux de camp que continuent à allumer chaque nuit les ancêtres dans leur voyage dans l’autre monde. Quand le jour réapparaît les étoiles s’éteignent et les ancêtres reprennent leur route. Si Richard Wagamese a allumé un de ces feux il doit observer avec intérêt ce magnifique ouvrage chaque nuit à la lueur de son feu de camp. Un ouvrage qui n’est rien d’autre qu’une histoire d’aubes et d’aurores.

par (Libraire)
6 janvier 2022

Un grand crû

C’est un compagnon de route. De vie. Depuis exactement vingt ans, Philippe Besson nous offre au début de chaque année un roman, calibré, peu épais mais si important. Amour, temps qui passe, homosexualité, intimité, autant de thèmes qui traversent en permanence son oeuvre. Aussi quand la quatrième de couverture de Paris-Briançon nous annonce un roman au « suspense redoutable » qui se passe à bord d’un train de nuit N°5789 entre Paris et Briançon, on se dit que l’écrivain se lance à son tour dans un nouveau genre pour lui, le polar, et qu’il place sa plume dans le sillage d’Agatha Christie et son « Crime de l’Orient Express ». De plus, on nous annonce dès la deuxième page, que « certains seront morts au lever du jour ».

On se trompe totalement. Certes comme dans un livre de la romancière britannique le lecteur s’installe dans un huis clos, un couloir, dix compartiments et dans ces cases que le hasard a distribuées il observe, comme un veilleur de nuit, une dizaine de personnages pour lesquels le voyage va être un moment de découvertes réciproques. Le train de nuit « c’est un cocon, c’est l’ancien monde, et on peut faire des rencontres ». Victor hockeyeur va rencontrer Alexis, médecin. Catherine et Jean-Louis, retraités vont dormir à côté d’une bande de jeunes, Julia, mère de deux enfants, va se confier à Serge, représentant. C’est la nuit dans un univers fermé et on sait que l’on a peu de chances de se revoir une fois arrivés en gare. Alors on se confie et on brise les a priori, la surface des choses car derrière les apparences « il y a presque toujours des êtres cabossés ». Ainsi Serge « veut parler des discours qu’on tient et des secrets qu’on dissimule. Il veut dire qu’ils sont des gens simples, des gens ordinaires mais que ça ne les empêche pas, de temps en temps, d’avoir du mal avec la vie ».

Sur le roulis continu des rails, dans l’obscurité des régions traversées, ignorantes de la vie des hommes, les préoccupations de chacun des personnages vont briser le silence et se dire à voix haute. Elles sont lourdes souvent à porter ces souffrances, cancer, sexualité refoulée, violence, licenciement et n’échappent pas à notre époque. Alors l’étranger devient confident, amant, ami et dans cet espace hors du temps chacun se révèle aux autres mais aussi à soi-même.

Aucun doute, Philippe Besson n’est donc pas devenu auteur de polar. Il a repris son scalpel de chirurgien des âmes, fouillant dans les apparences banales de nos vies, les petites ou grandes fractures, le hasard ou la destinée, les affrontements ou les contournements qui font que chaque vie ressemble à une autre et, en même temps, si différente. L’écrivain nous parle et sa petite musique, écrite avec des notes simples, nous touche.

Finalement il faut bien dire un mot du suspense annoncé, alors on ajoute un personnage. Il s’appelle Giovanni Messina mais vous n’avez pas besoin d’en savoir plus. Il est là, placé par le hasard, le destin, ou un Dieu quelconque. Il va modifier la vie d’hommes et de femmes. C’est beaucoup.

Enquête sur une femme libre

Delpire éditeur

par (Libraire)
30 décembre 2021

Une vie qui éclaire l'oeuvre

C’est l’ouvrage qui manquait. C’est le chainon manquant d’une histoire débutée en 2007 lorsque un jeune agent immobilier, John Maloof, achète à Chicago, au cours d’une vente aux enchères, des cartons emplis de photographies, de films non développés, de négatifs. Peu à peu, il perçoit la qualité potentielle des photos achetées, il acquiert d’autres lots à d’autres enchérisseurs. En 2009, il découvre, par un avis de décès, l’identité de la photographe: Vivian Maier. La suite on la connait: photos sur Internet, engouement mondial, premières expos, premières monographies, un livre romancé remarquable de Gaelle Josse « Une femme en contre jour », un documentaire de Maloof, « A la recherche de Vivian Maier », et actuellement une exposition au musée du Luxembourg. Cette chronologie incroyable ne dit pas pour autant la femme qui se tient derrière l’objectif, un mystère que les enquêtes journalistiques, les polémiques ne résolvent pas: française et américaine, visible et recluse, bienveillante et froide, les adjectifs antinomiques pour qualifier la photographe sont innombrables. Ann Marks, ancienne cadre de grandes entreprises, décide alors de combler les lacunes d’une biographie originelle syncopée et de tenter d’approcher la psychologie de la femme aux dizaines d’autoportraits.

Des recherches généalogiques vont lui permettre de reconstituer l’enfance désagrégée entre une mère irresponsable et un père absent, violent et manipulateur. Son frère Carl, que Vivian ne verra presque jamais, donne en creux de nombreuses indications sur la vie de sa soeur ou du moins ses difficultés à vivre. L’autrice va rechercher et contacter de nombreuses personnes l‘ayant côtoyé du Champsaur en France, en passant par Chicago et surtout New-York la ville où elle réalisa, dans les années 50, probablement ses plus beaux clichés de rue sachant capter les différences sociales, la ségrégation raciale en utilisant l’humour, la causticité, la beauté formelle.

On comprend à la lecture que lors de ses premières prises de vue l’ambition photographique professionnelle est réelle mais sans aucune relation, d’un abord difficile, il ne lui est pas aisé de se se faire un nom. Grâce au talent de Ann Marks, l’image de Vivian Maier apparait peu à peu sous le révélateur photographique, une image dévoilée et marquée à jamais par l’absence d’affection, d’amour notamment. L’ambition photographique professionnelle déçue est remplacée peu peu par une maladie mentale, celle du syndrome d’accumulation, pour la première fois vraiment prise en compte, qui la verra entasser les bobines de films non développés et des tonnes de journaux, les clichés virtuels, ne devenant plus qu’une « collection »  comme les autres, envahissant ses pièces de vie ou ses multiples garde-meubles. La nounou, garde d’enfants pendant des décennies, véritable chroniqueuse de la famille américaine de la classe moyenne, en perpétuel déménagement, va sombrer sous les journaux qu’elle photographie inlassablement comme une double possession. On la découvre féministe avant l’heure, attentive aux droits des noirs, socialement progressiste, étrangère aux bonnes manières, distante et même effrayée par les hommes mais aussi terriblement attachante, intelligente, brillante, capable contre toutes les conventions de partir seule pour un tour de monde initiatique. Les photos du livre, pour la plupart en miniatures, par leur impression chronologique balisent le parcours des états d’âme de la photographe dont les autoportraits et leur portée symbolique témoignent des dépressions, des périodes de bonheur.

Un livre indispensable pour comprendre l'oeuvre magistral.

Economie, paysages, nouveaux modes de vie

Seuil

23,00
par (Libraire)
16 décembre 2021

Un titre qui dit tout

Ce livre ne nous dévoile aucune mutation cachée de notre pays: affaiblissement extrême de l’industrie, importance croissante de la consommation, modification du territoire devenu zone d’achalandage, nouvelles pratiques culturelles. Tout cela nous le savons intuitivement mais comme le corps d’un enfant qui grandit et dont on n’aperçoit les changements qu’en regardant des photographies anciennes, la France se modifie sensiblement chaque jour et les auteurs mettent en perspective, les modifications importantes de la « France d’avant » et de la « France d’après », la césure se produisant vers les années 80. Ils nous donnent à voir ces photographies sous forme de graphiques, courbes et cartes, révélateurs des profondes modifications intervenues en 40 ans qui, à l’image du monde agricole, ont été plus systémiques et rapides que des siècles entiers. La France mythique, entité unique, n’existe plus à l’échelle de la mondialisation et le livre montre combien l’immigration la plus forte est essentiellement culturelle avec une influence croissante des Etats Unis et du Japon. Notre pays bouge et le mérite de cet ouvrage à la lecture aisée, est de nous aider à comprendre les mouvements telluriques d’une société en pleine transformation qui peut effrayer et dont les gilets jaunes sont une émanation. Un ouvrage de référence vivant, clair, didactique, avec une véritable narration, à garder en permanence à proximité.

Eric